Energie 2020    |     home
                                                  
Comment fabrique t-on un panneau solaire photovoltaïque?
Transformer la lumière du soleil en énergie électrique ? Et tout cela grâce à une fine couche de..., de quoi au juste ? De sable ?! Comment l'obtient-on, ce sable magique ? Comment le découpe-t-on ? Comment l'assemble-t-on ? Sur quoi ? Et à quoi tient-il, ce diable de cristal ?


Une usine européenne de fabrication de panneaux photovoltaïque (Solarworld) : suivre le lien.

L'usine de Voltec Solar (Alsace) : suivre le lien.

Principe de fabrication : suivre le lien.

Comment fabrique-on un panneau solaire (video):

°°°

Comment Applied Material découpait les tranches de silicium... Avant de délocaliser en Chine: suivre le lien.

« Les lingots de silicium, près avoir été mis en forme, sont débités en fines tranches d'épaisseur précise et à état de surface miroir, au moyen d'une scie multi-fils. En l'occurrence, l'outil de découpage est un fil d'acier continu très fin bobiné autour de rouleaux de guidage à gorges, formant de la sorte un dense réseau appelé trame. La coupe est assurée par un bain abrasif (des particules extradures en suspension dans un medium fluide appelé «slurry»). Ces fils d'acier, qui ne servent qu'une seule fois, peuvent mesurer jusqu'à plusieurs centaines de kilomètres. D'un seul coup, des milliers de wafers sont ainsi débités à partir d'une «brique». On pourrait arguer que le système est simple comme... le fil à couper le beurre! En réalité ces machines sont très complexes et le défi réside surtout dans le détail: la machine doit tenir constamment compte des paramètres importants que sont le diamètre du fil de coupe, la vitesse de coupe et la superficie totale de coupe. Ce qui fait que paradoxalement ces machines sont conçues de façon très rigide et précise. Des systèmes d'entraînement puissants déplacent le porte-rouleau à une vitesse de 10 à 20 mètres par seconde. Le lingot (brique) de silicium est poussé au travers de la trame, produisant ainsi toute une série de plaquettes simultanément. Mais avant de passer dans la machine de découpe, les lingots bruts sont préalablement usinés dans un «Cropper», à savoir une machine qui découpe la tête et la queue des lingots de silicium bruts de fonderie. Les lingots passent ensuite dans une autre machine appelé «Squarer», qui découpe le contour des lingots de silicium afin d'obtenir des éléments de forme générale rectangulaire appelée «briques», aptes à être découpés sur la machine multi-fils. Les plus récentes machines découpent jusqu'à 4 briques simultanément à partir d'un lingot. Donc, nous produisons trois modèles de machines, utilisant tous le procédé de découpage à fils: le Cropper, le Squarer et le Multi. Cette dernière est une machine appelée B5. »


Tout sur le silicium , par Wikipedia. Voir, en particulier les sections: "Préparation pour l'industrie électronique" et " Préparation du monocrystal":


Source : La Tribune.fr - 15/02/2011    
|
"Le marché du photovoltaïque ne s'arrête pas aux panneaux et au silicium, loin de là : la douzaine de matériaux et pièces connexes - verre, écrans, encapsulants, joints, cadres, gaz et produits chimiques, métaux rares -, devraient voir leur marché mondial gonfler de 50% dans les quatre ans, pour atteindre 12,8 milliards de dollars d'ici à 2014, selon une étude de GTM Research.
Chacun de ces marchés devrait dépasser le milliard à cette date, alors que leur coût de production cumulé va diminuer de 15% en moyenne sur 4 ans, permettant aux panneaux eux-mêmes de poursuivre leur baisse même si le polysilicium, matériau de base des cellules solaires classiques, voit lui sa baisse de prix ralentir.
Le secteur des verres, des supports et des cadres devraient croître le plus rapidement, surtout pour les cellules en couches minces (composées non pas de galettes de silicium comme les cellules photovoltaïques classiques mais de fines couches d’alliages de métaux déposées sur un support de verre ou de plastique) dont le marché devrait bondir de 32% à 45% par an, grâce à la hausse de prix attendue pour des métaux comme le tellurure de cadmium et l’indium.
Un exemple des “success stories” dans ces secteurs parallèles est celui de la société 5NPlus, qui fournit le tellurure de cadmium des cellules en couches minces de l’américain First Solar, premier fabricant mondial de cellules solaires. Cette société canadienne vient de démarrer la construction d’une usine de recyclage de ces métaux à côté d’une usine de First Solar en Malaisie, illustrant les alliances de plus en plus étroites que les fabricants de panneaux doivent passer avec leurs fournisseurs."
ER/GreenUnivers.com - 15/02/2011





  Bernard Antoine Rouffaer    4.2021