Energie 2020    |     home
                                                  
Pollution de l'air


Le grondement réjouissant de votre grosse allemande a-t-il un autre effet sur votre entourage que de les convaincre de votre intrinsèque supériorité?
Oui. Ca les intoxique. A commencer par le gosse asthmatique de votre copain de promotion. Un petit rappel des effets de la pollution de l'air sur la santé humaine.


« Quels sont les principaux effets sur la santé identifiés de nos jours ?
A court terme, lors des épisodes de pollution
Les polluants peuvent provoquer une réaction inflammatoire au niveau des muqueuses respiratoires et favoriser les symptômes des problèmes respiratoires préexistants. Chez l’asthmatique, ils peuvent favoriser sa réaction allergique (aux allergènes auxquels il est déjà sensibilisé) et les manifestations d’hyperréactivité bronchique non spécifiques, provoquées en particulier par l’ozone. Les symptômes ressentis pourront alors se traduire par des rhinites, de la toux, voire une crise d’asthme.
A long terme,
La pollution chronique favorise la poursuite et/ou l’accroissement de l’inflammation des bronches. Des études réalisées aux Etats-Unis montrent un excès de mortalité cardio-respiratoire et par cancer pulmonaire dans les villes les plus polluées par rapport aux moins polluées.
Pourquoi la pollution atmosphérique représente-t-elle toujours un problème de santé publique : ? En France, chez de nombreuses personnes, la sensibilité bronchique s’est accrue progressivement depuis une vingtaine d’années :
30 % de la population présente une allergie respiratoire (rhinite allergique), certaines personnes présentent une sensibilité bronchique accrue, voire une hyperréactivité bronchique
2 millions de personnes souffrent d’asthme
10 à 14 % des jeunes de 20 à 24 ans ont déjà fait au moins une crise d’asthme dans leur vie
50 000 personnes sont atteintes d’une insuffisance respiratoire grave Les enfants sont particulièrement sensibles aux irritants car leur appareil respiratoire est immature : après la naissance, le nombre d’alvéoles continue à se multiplier jusqu’à l’âge de trois ans et l’appareil respiratoire poursuit son développement en termes de croissance et de maturation jusqu’à l’âge de
huit ans. »

Source:
http://www.ile-de-france.sante.gouv.fr/rubrique56/rubrique15/air-et-sante/effets-sur-la-sante-de-la-pollution.html


« Cette dégradation est généralement causée par un ou plusieurs éléments (particules, substances, matières…) dont les degrés de concentration et les durées de présence sont suffisants pour produire un effet toxique et/ou écotoxique . Selon l'OMS, elle est responsable (en 2010-2011) de plus de 2 millions de morts prématurées par an, surtout dans les pays à revenus moyens 1 et dont 1,3 million directement dû à la pollution urbaine. Dans environ la moitié des cas, ce sont des pneumonies qui ont emporté des enfants de moins de 5 ans1 . »  



« Les effets sur la santé
En mars 2011, l'Institut de Veille Sanitaire  a publié l'étude Aphekom 41 . Menée dans 12 pays européens, elle a démontré que la diminution des particules fines dans l’air de nos villes permettrait d’augmenter l'espérance de vie. Par exemple, à Marseille , si on respectait l’objectif de qualité de l’OMS  soit 10ug/m3, l’espérance de vie aurait augmenté de 8 mois. Dépasser ces recommandations entraîne également une augmentation des pathologies chroniques. Cette étude a montré que le fait d'habiter à proximité du trafic routier serait à l'origine de 15 % des asthmes chez l'enfant et de l'augmentation de maladies respiratoires et cardiovasculaires chez les plus de 65 ans. Suite à la publication de cette étude, une association de 2 500 médecins, l'Association Santé Environnement France  (ASEF), a décidé de mener elle aussi une étude sur la qualité de l'air et les microparticules 2,5 (PM2,5) à Aix-en-Provence . Les résultats ont montré que les taux de PM2,5 ne sont quasiment jamais inférieurs à 20 ug/m342  tout comme les villes françaises analysées dans l'étude Aphekom – Marseille étant la plus polluée d’entre elles devant Paris et Lyon…. »



La pollution de l'air ne respecte pas les frontières... Working Group on Effects of the Convention on Long-Range Transboundary Air Pollution :

L'Organisation Mondiale de la Santé :
Quelles politiques publiques peuvent réduire les effets sanitaires de la pollution de l'air extérieur en milieu urbain?

« Pollution de l’air, un danger pour la santé publique »
Journal « La Croix »


« Réduction des émissions polluantes des véhicules légers »
Union européenne, réglementation :

« Émissions des véhicules utilitaires lourds (Euro VI) : règles de certification spécifiques »
Union Européenne, réglementation :


B.A.Rouffaer